Privé

Le secret d’une habitation durable et économe en énergie

L’utilisation durable de l’énergie est désormais au cœur des préoccupations environnementales. Et ce pour tout un tas de raisons, l’une des principales touchant à notre portemonnaie : qui dit économie d’énergie, dit facture allégée. Qui plus est, notre planète réclame à cor et à cri une gestion de l’énergie plus responsable. À ce sujet, il existe deux bonnes nouvelles. La première : ce n’est pas si compliqué. La seconde : vous pouvez vous atteler à la tâche dès aujourd’hui !

L’expression « mesures visant à économiser de l’énergie » est souvent assimilée à des investissements extrêmement coûteux ou à des travaux de rénovation d’envergure. Or, il s’agit d’une idée préconçue sans le moindre fondement. L’habitat durable passe avant tout par une modification de nos comportements et de nos habitudes. À partir de là, à vous d’envisager les mesures d’économie d’énergie et les investissements correspondant à vos objectifs. À cet effet, nous avons élaboré un plan en cinq étapes.

Étape n° 1 : chasser les vieilles habitudes

La lutte contre le gaspillage de l’énergie domestique débute par la remise en question de vos habitudes de consommation. Combien de temps passez-vous en moyenne sous la douche ? Pouvez-vous écourter cette durée ? Votre téléviseur reste-t-il allumé inutilement ? Certes, modifier des habitudes profondément ancrées ne se fait pas d’un coup de baguette magique. Cependant, avec un peu de bonne volonté et quelques conseils judicieux, vous devriez y parvenir sans problème.

Trois exemples :

  • Diminuer votre thermostat d’un degré en journée vous permet d’économiser 5 % sur vos dépenses de chauffage.
  • Dans chaque foyer, entre 15 et 50 appareils sont maintenus en mode veille, lequel représente 7 à 18 % de la consommation énergétique. Astuce : utilisez des blocs multiprises munis d’un interrupteur qui vous permettront de déconnecter tous vos appareils en un seul geste.
  • Vos enfants sont-ils en âge de comprendre la nécessité d’économiser l’énergie ? Faites-les participer à un jeu dont le vainqueur sera celui qui éteindra le plus grand nombre de prises.

Comme vous pouvez le constater, quelques modestes changements d’habitudes suffisent à économiser une grande quantité d’énergie. Et, surtout, n’oubliez pas : les petits ruisseaux font les grandes rivières !

une habitation durable et économe en énergie

Étape n° 2 : petites adaptations domestiques

Quelques légères adaptations suffisent à rendre votre habitation écoresponsable et à faire de substantielles économies d’énergie. Envisagez, par exemple, de remplacer votre éclairage traditionnel par des lampes LED, qui constituent la source d’éclairage la plus économique du marché. Beaucoup moins énergivores, les ampoules LED possèdent une durée de vie plus longue et sont tout aussi efficaces que les ampoules à incandescence et que les halogènes en termes de qualité d’éclairage.

En matière de chauffage, un thermostat numérique bien paramétré vous permettra de réaliser une économie appréciable. Pour plus de confort, optez pour un thermostat intelligent.

Un entretien correct et périodique de vos appareils électriques permet d’en allonger la durée de vie. Nettoyez régulièrement les filtres de votre sèche-linge et de votre aspirateur, dégivrez ponctuellement votre congélateur et prévoyez l’entretien de la chaudière. À terme, vous serez surpris(e) des résultats obtenus.

Étape n° 3 : investissez intelligemment dans des solutions durables

L’énergie la moins chère est celle que l’on n’utilise pas ! D’où l’intérêt d’investir dans des solutions permettant de réduire votre consommation.

Bien isoler votre toiture, vos murs creux et vos sols permet de réduire radicalement vos frais de chauffage, d’améliorer votre confort et de faire un geste pour l’environnement. Saviez-vous que l’isolation du toit génère un gain annuel de 840 kg de CO2 ? Quant à l’isolation des murs creux et du sol, elle permet d’économiser respectivement 700 et 280 kg de CO2 par an. Si vous êtes un bricoleur hors pair, vous pouvez vous risquer à effectuer les travaux vous-même. Dans le cas contraire, adressez-vous à un professionnel.

Un bon moyen de réduire votre consommation énergétique consiste à remplacer votre ancienne chaudière par un modèle plus récent, économe en énergie. Une chaudière à condensation de nouvelle génération consomme 15 à 30 % de moins qu’une ancienne chaudière au gaz ou au mazout.

Vous avez l’intention de remplacer vos vitres ? Optez pour un vitrage à haut rendement, voire pour un triple vitrage. Le pouvoir isolant d’un vitrage à haut rendement est 2 à 3 fois supérieur à celui d’un double vitrage et 4 à 5 fois supérieur à celui d’un simple vitrage. Une bonne manière d’économiser encore plus d’énergie et… d’argent !

Étape n° 4 : produisez votre propre énergie durable

L’énergie que vous consommez, vous pouvez l’acheter de manière durable, voire même la produire vous-même, notamment en installant des panneaux solaires sur le toit.

Un ménage moyen consomme 3 500 kWh d’électricité par an. Le rendement des panneaux solaires dépend de différents facteurs, notamment de l’orientation du toit. En moyenne, une installation de 16 panneaux suffit à couvrir vos besoins en électricité. Si votre budget le permet, vous pouvez combiner vos panneaux solaires à une batterie domestique, qui vous permettra de stocker l’excédent de production de vos panneaux solaires et de l’utiliser ultérieurement.

Pour chauffer votre habitation, vous pouvez également utiliser une pompe à chaleur, considérée depuis quelque temps comme l’alternative durable à la chaudière. Une pompe à chaleur extrait l’énergie de sources naturelles (eau, sol, air) et la restitue sous forme de chaleur, sans utiliser le moindre combustible fossile.

Quant au boiler solaire, qui utilise l’énergie solaire pour chauffer l’eau sanitaire, il est extrêmement populaire. Il se compose de capteurs posés sur le toit et d’un ballon de stockage relié aux capteurs par un circuit dans lequel circule un fluide dit « caloporteur ». Ce fluide transmet sa chaleur à l’eau contenue dans le ballon via un échangeur thermique. Ce faisant, le fluide se refroidit. Il repart alors vers les capteurs où il est à nouveau chauffé par le soleil. Autre avantage : un boiler solaire ne nécessite qu’une surface de toit de 3 à 4 m².

Étape n° 5 : optez pour une énergie encore plus verte

Il existe encore bien d’autres moyens de promouvoir l’énergie verte. En matière d’électricité et de gaz, vous pouvez, par exemple, bénéficier de « tarifs verts ». Vous pouvez également devenir acteur de la transition énergétique en investissant dans des projets d’énergie renouvelable. À l’instar de Wind Together, une société coopérative ayant pour objectif de développer des parcs éoliens en Belgique. Vous avez en outre la possibilité de contribuer à un avenir plus vert en investissant localement dans les panneaux solaires de votre association, de votre commune, de votre entreprise ou de votre club sportif.

Conclusion : pour utiliser durablement l’énergie, ce ne sont certes pas les moyens qui manquent.

Construisons ensemble un avenir meilleur ! Votre engagement fait chaud au cœur. Vous souhaitez connaître votre degré d’écoresponsabilité ? Faites le test et découvrez les actions que vous pouvez entreprendre grâce à votre plan personnalisé. De nombreux prix sont à gagner : vélos et trottinettes électriques, appareils Sodastream, etc.


Vers www.luminus.be