7 conseils pratiques pour économiser de l’énergie dans la salle de bain

Comment économiser de l’énergie dans la salle de bain sans que cela soit trop contraignant ? Tout simplement en mettant en œuvre les sept conseils pratiques énumérés ci-après. Si vous parvenez à convaincre tous les membres de votre foyer d’appliquer ces conseils, vous constaterez rapidement un impact positif sur votre facture annuelle d’énergie.

Conseil n° 1 : Prenez une douche plutôt qu’un bain…

Quoi de plus agréable que de se prélasser dans un bain bien chaud ? Sauf que l’impact sur votre facture d’eau et d’énergie est loin d’être négligeable. Lorsque vous prenez un bain, vous utilisez entre 120 et 150 litres d’eau. Une douche, en revanche, ne consomme que 30 à 80 litres. Qui plus est, chauffer toute cette eau nécessite énormément d’énergie pour votre chauffe-eau ! Vous avez quand même envie de prendre un bain ? Profitez-en pour passer un bon moment avec votre partenaire ou vos enfants.

Conseil n° 2 : … et prenez des douches plus courtes !

En réduisant d’une minute le temps passé sous la douche, vous économiserez quelque 5 000 litres d’eau par an, soit 25 euros… mais également le kWh de votre chauffe-eau. Il existe en outre un certain nombre de moyens permettant de prendre une douche tout en faisant des économies d’énergie.

Utilisez un pommeau de douche économique

En réduisant le débit d’eau, vous économiserez jusqu’à 20 % d’eau chaude et d’énergie. Il existe d’ailleurs aussi des toilettes économiques qui permettent de réaliser de belles économies.

Installez un minuteur de douche

En plus de réduire le débit, réduisez le temps. Programmez une minuterie, par exemple, sur cinq minutes. À la fin du temps imparti, l’alarme s’active et vous indique qu’il est temps de sortir de la douche (ce qui est particulièrement utile pour les enfants et adolescents qui se rendent moins compte des litres d’eau chaude consommés). Il existe en outre des dispositifs (pommeaux ou adaptateurs) munis de LED qui changent de couleur (du vert au rouge) en fonction du volume d’eau utilisé. 

Coupez l’eau quand vous vous savonnez

Comme vous avez peut-être déjà le réflexe lorsque vous vous brossez les dents, afin d’économiser quelques litres supplémentaires, évitez de laisser couler l’eau pendant que vous vous savonnez. 

Conseil n° 3 : Diminuez le chauffage dans votre salle de bain

Même en hiver, il est inutile de laisser le radiateur de la salle de bain allumé toute la journée. Réglez le thermostat de manière à ce que le chauffage de la salle de bain s’enclenche une heure avant de prendre votre douche et qu’il s’éteigne lorsque vous avez terminé. Évitez à tout prix les chauffages électriques d’appoint qui sont extrêmement énergivores. 

Si vous faites construire ou rénover, privilégiez, dans la salle de bain, le chauffage par le sol. La chaleur ressentie est plus élevée car elle est répartie uniformément sur toute la surface du sol. Par rapport à un radiateur, vous pouvez baisser le thermostat de deux, voire trois degrés, ce qui représente une belle économie d’énergie dans votre salle de bain.

Conseil n° 4 : Optez pour l’éclairage LED dans votre salle d’eau

Comme dans les autres pièces de votre habitation, utilisez de préférence un éclairage LED dans la salle de bains. Les ampoules LED sont nettement moins énergivores et beaucoup plus durables. Pour un éclairage confortable, il est recommandé d’opter pour des luminaires LED entre 2000 à 4000 lumens. Pour la salle de bains, veillez à choisir l’indice de protection IP adéquat. IP sont les initiales d’« Ingress Protection », un indice permettant d’évaluer la protection et la résistance d’un matériel électrique aux intrusions de corps solides et liquides. Le code IP se compose de deux chiffres. Le premier chiffre définit le degré de protection d’un objet contre les corps étrangers et les contacts accidentels. Quant au second, il détermine l’étanchéité par rapport à l’eau et à l’humidité. 

  • Pour la zone localisée autour de la baignoire et de la douche, les luminaires doivent posséder un indice de protection IP65 (étanches mais non submersibles). Les lampes situées dans ou à proximité immédiate d’une baignoire ou d’une douche et susceptibles d’être submergées doivent bénéficier d’un indice de protection supérieur (IP67 ou IP68).
  • Pour les systèmes d’éclairage exposés à un risque d’éclaboussures ou de condensation (par exemple, spots encastrés au plafond ou au-dessus d’un miroir), un indice de protection IP44 est suffisant.

Il existe également des “zones” en fonction des distances aux points d’eau de la salle de bain; consultez la notice de vos produits d’éclairage.

Conseil n° 5 : Construisez ou rénovez malin

Si vous faites construire ou rénover une habitation, soyez attentifs à la distance parcourue par l’eau dans les canalisations, laquelle est une source de déperdition thermique et, donc, de surconsommation énergétique :

  • Si votre cuisine et votre salle de bain ne sont pas contiguës, optez pour un système de chauffage décentralisé, composé de différents appareils de production d’eau chaude, de sorte que l’eau ne doive pas traverser toute la maison.
  • Afin que l’eau qui s’écoule dans les tuyauteries maintienne sa température, assurez-vous que les conduites d’eau soient bien isolées. La mise en place de manchons d’isolation des tuyaux d’eau chaude pour lutter contre le gaspillage d’énergie est un geste simple à réaliser soi-même et rapidement rentabilisé.
  • Réglez la température de votre chauffe-eau pour l’eau sanitaire sur 55 °C. Cela vous permettra de réduire votre consommation d’énergie, d’éviter la formation de calcaire et de prolonger la durée de vie de votre appareil tout en évitant le développement et la prolifération de légionelles. Ou installez un chauffe-eau solaire : en été, il fournit presque 100 % de l’eau chaude et en hiver, il constitue un complément précieux à votre chaudière traditionnelle.

Conseil n° 6 : Isolez votre baignoire

Si, malgré tout, vous préférez prendre un bain, vous pouvez toujours isoler votre baignoire (en acier émaillé ou en acrylique). Avant finition, insérez de la laine de verre ou de roche sous et autour de la baignoire. Votre eau atteindra plus rapidement la température souhaitée et restera chaude plus longtemps ! Lisez aussi notre article « Habitation et construction durables : quel est le principe et comment le mettre en œuvre ? »

Conseil n° 7 : Songez à installer un récupérateur de chaleur

L’eau chaude sanitaire de notre bain ou de la douche qui s’écoule dans les égouts constitue une “fuite énergétique” importante. Un système de récupération de chaleur utilise l’énergie thermique des eaux usées d’évacuation (eau grises) pour chauffer l’eau froide qui pénètre dans le chauffe-eau. Par conséquent, le boiler ne doit pas obligatoirement tourner à plein régime.

L’entretien régulier de votre chaudière fait une grande différence, car une chaudière bien entretenue réduit les émissions de CO2 et consomme jusqu’à 10 % d’énergie en moins.

En moyenne, un système de récupération de chaleur permet de réduire de 30 % la consommation de gaz ! Vous pouvez également récupérer la chaleur pour votre ventilation grâce à une VMC de salle de bain efficace.

Ces quelques conseils sont destinés à réduire substantiellement la consommation énergétique de votre salle de bains. En combinant un ballon d’eau chaude à une pompe à chaleur, vous produisez de l’eau chaude de manière durable tout en réduisant votre facture d’énergie et en respectant l’environnement.

Plus d’astuces conso