Compteurs électriques communicants : bilan de la situation en Belgique

En Wallonie, 2024 marque un tournant pour les (futurs) propriétaires de panneaux photovoltaïques. L’ère des compteurs qui tournent à l’envers s’achève, place aux compteurs communicants (aussi appelés compteurs intelligents ou « compteurs numériques »). Découvrez tout ce qu’il faut savoir à leur sujet.

Qu’entend-on par compteur électrique communicant ?

La plupart des gens possèdent encore un compteur électromécanique muni d’un cadran. Le compteur numérique est pour sa part équipé d’un affichage électronique.

À l’instar des compteurs Ferraris classiques, les compteurs communicants calculent non seulement la consommation d’électricité et de gaz naturel, mais ils sont en outre capables de mesurer séparément le prélèvement et l’injection d’électricité, par exemple en cas d’utilisation de panneaux solaires.

Ce nouveau type de compteur est équipé d’une technologie de communication intégrée pour envoyer et recevoir des informations. L’adoption de ce compteur intelligent en Wallonie fait suite à l’adoption d’une directive européenne visant à atteindre les objectifs climatiques fixés pour 2030.

Quels sont les avantages d’un compteur électrique communicant ?

Les compteurs communicants de dernière génération offrent un grand nombre d’avantages :

  • Le relevé des compteurs est automatique : ils sont directement transmis au gestionnaire de réseau.
  • Plus besoin de compteur à budget séparé : le compteur communicant mesure la consommation réelle. Ceci permet aux fournisseurs d’énergie de mettre en œuvre un système de prépaiement rendant le compteur à budget obsolète.
  • Aperçu de la consommation de votre ménage et économies ciblées grâce à un meilleur suivi : le suivi énergétique est le meilleur moyen d’avoir un aperçu de votre consommation et des possibilités d’économies. 
    Grâce à l’introduction du compteur communicant, vous pouvez suivre votre consommation électrique en temps réel. À cet égard, le Luminus EnergyControl Monitor vous donne des informations précieuses : de l’aperçu en temps réel de la consommation de votre maison aux informations détaillées sur la consommation en veille en passant par les appareils énergivores et les appareils qui ne fonctionnent pas correctement.
  • Basculement simple entre tarif mono-horaire et tarif bi-horaire : un compteur numérique permet de basculer plus facilement d’un tarif jour/nuit vers un tarif unique et inversement.
  • La fermeture et la (ré)ouverture sont meilleur marché : l’activation et la désactivation d’un compteur intelligent peuvent se faire à distance, ce qui réduit sensiblement les frais liés à ces opérations.

Quels sont les inconvénients d’un compteur communicant ?

  • Contrairement à un modèle mécanique, un compteur communicant consomme de l’énergie. Heureusement, il s’agit d’une quantité minime.
  • Par rapport à un compteur mécanique, un compteur numérique tombe plus facilement en panne et possède une durée de vie plus courte.
  • Un compteur intelligent utilise une connexion Internet afin de transmettre directement vos données au gestionnaire de réseau. Ces données revêtent un caractère sensible. En tant que client, vous êtes bien entendu propriétaire de ces données. Il revient aux pouvoirs publics de déterminer les données exploitables et de désigner qui a le droit de les utiliser.
  • Le prix de l’électricité prélevée sur le réseau est plus élevé que le prix perçu pour l’électricité injectée sur le réseau.

Quels sont les clients concernés par l’installation d’un compteur intelligent en Wallonie ?

Pour les installations de panneaux photovoltaïques réalisées après le 1er janvier 2024, les choses sont claires : elles seront automatiquement associées à un compteur double flux ou communicant.

Quant aux propriétaires de panneaux photovoltaïques mis en place avant le 31 décembre 2023, le choix leur est laissé jusqu’au 31 décembre 2030 de garder le tarif prosumer ou d’opter pour la tarification réelle.

Depuis le 1ᵉʳ janvier 2023, l’installation d’un compteur électrique communicant se fait systématiquement dans les cas suivants :

  • pour les clients en défaut de paiement (remplacement des compteurs à budget) ;
  • pour les clients dont les compteurs doivent être remplacés ;
  • dans le cas d’une nouvelle construction ;
  • pour les clients qui en font la demande.

D’ici au 31 décembre 2029, le gestionnaire de réseau de distribution doit atteindre l’objectif de 80 % de compteurs d’électricité intelligents installés.

Est-il intéressant d’opter directement pour un compteur intelligent lorsque l’on possède des panneaux photovoltaïques en Wallonie ?

La réponse dépend de la capacité du client à autoconsommer l’électricité qu’il produit :

  • Si l’autoconsommation d’électricité atteint au moins 37,76 %, le tarif réel (aussi appelé tarif proportionnel) peut s’avérer le plus intéressant. Il nécessite le placement d’un compteur communicant double flux pour comptabiliser l’électricité prélevée et l’électricité renvoyée sur le réseau.
  • Si l’autoconsommation n’atteint pas 37,76 %, le tarif prosumer demeure probablement la solution la plus rentable. Il est calculé sur la base de la puissance réelle de l’installation, en tenant compte de la plus petite puissance installée (soit celle des panneaux solaires, soit celle de l’onduleur).

Avec le calculateur de la CWaPE, vous pouvez facilement calculer si le compteur mécanique est plus intéressant que le compteur communicant pour votre installation et consommation. N’oubliez pas non plus de calculer la différence de prix pour l’énergie injectée et prélevée. Avec un compteur communicant, vous payez l’électricité que vous prélevez au prix mentionné sur votre contrat. En plus, vous recevez une indemnité pour l’électricité produite et injectée. Généralement, le montant par kWh injecté est moins élevé que celui pour l’énergie consommée du réseau. Autrement dit, vous payez plus pour l’énergie du réseau que ce que vous êtes indemnisé pour votre production. Par contre, vous ne payerez pas de tarif prosumer dans ce cas-ci.

Peut-on refuser l’installation d’un compteur électrique intelligent ?

En Wallonie, vous ne pouvez plus refuser l’installation d’un compteur numérique. Cependant, il est possible de renoncer à la mise en service de la fonction communicante. Cela peut être le cas des personnes électrosensibles qui supportent mal les ondes électromagnétiques émises par les compteurs communicants.

Ce refus implique donc de continuer à relever manuellement votre index. Par ailleurs, sans compteur communicant, vous ne pouvez pas accéder à vos données de consommation sur le portail MyRESA ou sur le portail MyOres. Il s’agit pourtant d’un outil efficace pour mieux gérer votre consommation.

En l’absence de compteur électrique communicant, votre gestionnaire de réseau fera néanmoins toujours en sorte d’obtenir les relevés de votre compteur afin de les transmettre à votre fournisseur d’énergie pour que vous puissiez bénéficier d’une facturation correcte par rapport à votre consommation.

Le rôle du port P1 sur votre compteur communicant

Un compteur communicant est équipé de ports client. En tant que particulier, vous utilisez le port P1, dont le rôle consiste à transmettre chaque seconde toutes les données de consommation d’électricité à un périphérique externe (il peut s’agir d’un thermostat intelligent ou de tout autre Home Energy Management System, aussi appelé HEMS).

Découvrez les conditions relatives à l’activation du port P1 de votre compteur intelligent chez les gestionnaires de réseau ORES et RESA.

Compteurs communicants : bilan de la situation

Les compteurs communicants à Bruxelles et en Flandre

Le situation des compteurs numériques à Bruxelles

Le gouvernement bruxellois procède lui aussi au déploiement des compteurs communicants. L’objectif : 40 000 compteurs communicants installés chaque année à Bruxelles, avec la priorité donnée aux groupes cibles suivants :

  • Les particuliers qui produisent leur propre énergie dans un bâtiment existant, par exemple en installant des panneaux solaires sur le toit de leur maison.
  • Les propriétaires de voitures électriques et de leur propre station de recharge.
  • Les personnes qui partagent de l’énergie.

Il est toutefois possible de demander soi-même l’installation d’un compteur communicant. En principe, l’installation est gratuite pour tout le monde, sauf s’il s’agit d’un nouveau raccordement électrique ou d’un compteur supplémentaire. Pour en savoir plus, consultez le site Web de Sibelga.

La situation des compteurs numériques en Flandre

Comparativement aux deux autres régions du pays, la Flandre est en avance concernant l’installation de compteurs numériques : plus de 2,5 millions de compteurs numériques ont déjà été installés.

Au nord du pays, la priorité est donnée aux groupes suivants :

  • Les propriétaires de nouvelles constructions ou d’habitations rénovées
  • Les propriétaires de panneaux solaires
  • Les clients dotés d’un compteur à budget

Pour les propriétaires de panneaux solaires, la Flandre prévoit une indemnité pour l’électricité produite qui est réinjectée dans le réseau.

Depuis le 1er janvier 2023, l’installation d’un compteur communicant implique un nouveau mode de calcul des frais de distribution. Ceux-ci sont àprésent calculés sur la base de la consommation énergétique réelle et des pics de consommation.

À qui incombent les frais générés par le compteur communicant ?

En Wallonie, l’installation d’un compteur communicant dans les nouvelles habitations ou lorsqu’un changement de compteur est demandé par le client est payante. En 2023, le coût est de 160 € hors TVA. Le gouvernement prévoit toutefois une prime pour tous ceux qui font installer un compteur numérique cette année. Découvrez plus d’informations à ce sujet sur le site de la CWaPe.

En Flandre et à Bruxelles, l’installation d’un compteur communicant est gratuite dans certains cas.

Recevez une prime pour installer un compteur communicant de votre propre initiative en Wallonie

Grâce à une prime octroyée par la Région wallonne, l’installation d’un compteur communicant est actuellement gratuite pour les clients résidentiels (avec ou sans production d’énergie) qui en font la demande d’ici le 31/12/2023 (dans la limite des budgets disponibles). Consultez le site Internet d’ORES pour obtenir davantage d’informations à ce sujet.