Transition énergétique : vers une accélération sans précédent

La transition énergétique est le fruit d’un effort fourni collectivement par l’État, les gestionnaires de réseaux de distribution, les citoyens et les entreprises. Avec un mot d’ordre : ne pas empiéter sur le confort et la qualité de vie.

Au cours des années à venir, le paysage énergétique promet de devenir un champ d’investigation extrêmement vaste et passionnant. Les changements et les innovations prévus dans le domaine des énergies permettront de mieux harmoniser production et consommation, avec les nombreux avantages que cela comporte. Ces dix prochaines années, on devrait assister à une accélération sans précédent de la transition énergétique, l’objectif étant de parvenir à la neutralité carbone.  

Qu’entend-on par transition énergétique ? La transition énergétique désigne la phase de transformation qui doit permettre de passer d’un système basé essentiellement sur les énergies fossiles à des sources énergétiques décentralisées, locales, renouvelables et pauvres en CO2 (énergie éolienne, solaire, hydraulique, etc.). La transition énergétique est l’un des enjeux de l’Accord de Paris sur le Climat, lequel prévoit de maintenir la hausse de la température moyenne de la planète sous la barre des 2 ° Celsius par rapport au niveau de l’ère préindustrielle.    

Découvrez ci-après un aperçu synthétique des tendances et des changements que l’on peut attendre dans un avenir proche. Le mieux que nous puissions faire est de prendre en marche un train déjà lancé à grande vitesse.

1. Stocker sa propre énergie devient de plus en plus facile

Grâce aux batteries domestiques de nouvelle génération, stocker l’énergie que vous produisez devient de plus en plus avantageux et facile.

Rien de tel qu’une batterie domestique de qualité pour booster l’autoconsommation, c’est-à-dire la quantité d’électricité consommée par rapport à l’énergie produite par les panneaux solaires. Vous pouvez soit consommer immédiatement l’énergie produite par les panneaux, soit la stocker temporairement jusqu’à ce que vous en ayez besoin. Cela vous permet de dépendre de moins en moins des autres sources d’énergie, tout en évitant de surcharger inutilement le réseau électrique.

Batterie pleine, les voitures électriques constituent une énorme réserve d’électricité. Malheureusement, dans l’état actuel de la technologie, cette réserve ne peut être utilisée pour alimenter le réseau domestique (à l’inverse des batteries domestiques).

Néanmoins, un nouveau système est en train de voir le jour : le vehicle-to-grid (littéralement « du véhicule au réseau »). Il s’agit d’une technologie d’échanges bidirectionnels permettant à la voiture de restituer une partie de l’électricité stockée dans sa batterie pour optimiser le fonctionnement du réseau et pallier le caractère intermittent des énergies renouvelables.

  • La recharge devient bidirectionnelle, ce qui signifie que le réseau ne se limite pas à acheminer de l’électricité vers la batterie du véhicule : il la considère aussi comme une source d’alimentation utilisable pour répondre à divers besoins de consommation énergétique. Avec le vehicle-to-grid, un utilisateur de véhicule électrique peut donc décider de stocker de l’électricité au moment où elle est la moins chère, puis l’utiliser quand le prix est au plus haut. Grâce à un système d’auto-régulation, la batterie sera toujours suffisamment chargée pour accomplir les déplacements prévus.

Le marché du stockage local d’énergie est loin d’avoir livré tous ses secrets. Nous avons hâte de découvrir les solutions de stockage du futur.

Trends energielandschap

2. Outils numériques à l’usage des prosommateurs

Si vous produisez votre propre énergie, par exemple par le biais de panneaux solaires, vous êtes ce que l’on appelle un prosumer ou prosommateur, c’est-à-dire un utilisateur du réseau de distribution qui, à la fois, produit et consomme sa propre énergie.

Dans un futur proche, les innovations technologiques devraient grandement faciliter la vie des consommateurs.

D’ici 2035, tous les logements belges seront dotés d’un compteur numérique. Le déploiement a démarré en Flandre en juillet 2019 et 80 % des ménages devraient être équipés d’ici 2024. À Bruxelles, il est désormais obligatoire en cas de nouveau raccordement ou de remplacement de compteur. En Wallonie, l’installation systématique est prévue pour le 1er janvier 2023 chez les clients disposant d’un compteur à budget, ceux dont le compteur doit être remplacé, dans les nouvelles constructions et chez les clients qui le demandent.

Et c’est loin d’être tout. L’Internet des Objets (IdO) permet d’optimiser votre consommation d’énergie.Les appareils intelligents adaptent automatiquement leur mode de fonctionnement (démarrage) et leur consommation en fonction des pics de production de vos panneaux solaires.

Exemples : votre lave-linge démarre un cycle de lavage en milieu de journée, la batterie de votre ordinateur portable se recharge lorsque le soleil est au zénith, etc.

L’Internet des Objets fonctionne non seulement à l’intérieur de votre habitation mais également en dehors de celle-ci, sur le réseau énergétique où sont connectés l’ensemble des appareils et des systèmes.

Nous sommes persuadés qu’à l’avenir, grâce à une harmonisation production/consommation optimale, les habitations et les réseaux énergétiques seront pratiquement tous « autogérés » et, par conséquent, neutres en CO2.

Energietransitie decenium

3. Une énergie locale et décentralisée

Malgré de brillants résultats en matière d’énergie éolienne et hydroélectrique, la Belgique pâtit d’un déficit de vent et de soleil par rapport à ses voisins du nord et du sud. La solution réside dans la mise en œuvre d’une production énergétique (très) locale et décentralisée.

Faisons en sorte que cette indépendance énergétique vis-à-vis d’un réseau centralisé soit un atout combinant flexibilité et économies.

Afin d’approvisionner l’ensemble des ménages en électricité, celle-ci devra être produite massivement de manière locale. Il n’existe pas de production d’électricité plus locale que celle générée par une installation photovoltaïque, à cette réserve près que tout le monde n’a pas nécessairement la place ou l’opportunité de mettre des panneaux solaires sur son toit.

C’est la raison pour laquelle la législation relative aux communautés d’énergie locales devra être assouplie. Vous pourrez produire de l’énergie collectivement avec vos voisins, en collaboration avec une PME proche de chez vous et disposée à « prêter » son énergie excédentaire, au moyen d’une éolienne partagée, etc.

De cette manière, un grand nombre de petites installations optimiseront au maximum le peu d’espace dont elles disposent pour produire une grande quantité d’énergie renouvelable.

4. Le tout électrique a le vent en poupe

Vous avez probablement entendu parler de l’« électrification des ménages », dont l’objectif est d’évoluer tous ensemble vers une société qui ne serait plus tributaire des énergies fossiles (gaz, charbon, pétrole, etc.).

Passer au tout électrique est parfaitement possible : du chauffage à la mobilité, en passant par l’éclairage, la climatisation et les communications. Si, de surcroît, cette électricité est produite de manière durable, nous pouvons oublier les énergies fossiles et les émissions de CO2 pour faire place à un avenir vert.

5. Une tarification dynamique

D’ici 2050 au plus tard, notre rapport à l’énergie en général et à l’électricité en particulier se trouvera fondamentalement modifié par la mise en œuvre des initiatives et des changements dont il est question ci-dessus.

D’ici là, la transition énergétique qui est en train de s’opérer exige du dynamisme et de la flexibilité. Et cette exigence concerne aussi bien les consommateurs et les éventuels prosommateurs que le fournisseur d’énergie que nous sommes.

C’est pourquoi Luminus lance une tarification dynamique à l’intention des prosommateurs. Notre formule Comfy prévoit un tarif d’injection offrant une compensation pour l’énergie excédentaire produite par le biais de vos panneaux solaires.

Également intéressant pour vous