Comprendre le nouvel étiquetage énergétique pour les électroménagers

Un grand nombre d’appareils électriques et ménagers sont dotés d’une étiquette exprimant leur efficacité énergétique. Par le passé, soixante pour cent des labels affichés par les fabricants n’étaient probablement pas fiables. Même si l’on constate encore un certain nombre de manquements et d’irrégularités, les chiffres récents montrent une nette amélioration en termes de crédibilité. Pour une meilleure information en matière d’efficacité énergétique, une solution existe : il s’agit de la nouvelle étiquette énergie.

Le nouvel étiquetage énergétique entré en vigueur le 1er mars 2021

Rendu obligatoire en Europe depuis 1995, le label énergie exprime le score énergétique d’un appareil, réparti en sept classes d’efficacité énergétique allant de A+++ (le plus économe) à G (le plus énergivore). Au fil du temps, les progrès technologiques ont permis de fabriquer des appareils de moins en moins énergivores, la classe A étant progressivement détrônée par des classes énergétiques plus élevées (A+, A++ et A+++).

Afin d’être plus compréhensible pour les consommateurs et d’ouvrir la voie à des produits plus innovants et plus économes en énergie, une toute nouvelle échelle, allant de A (appareils les plus efficaces) à G (appareils les moins efficaces), est entrée en vigueur le 1er mars 2021. Dans un premier temps, quatre catégories d’appareils sont concernées par cette nouvelle classification (voir plus bas). Par conséquent, l’ancienne étiquette énergie, comprenant des classes énergétiques telles que A+++ et A++, est progressivement amenée à disparaître.

Selon une étude, huit consommateurs sur dix admettent tenir compte du label énergie lors de l’achat d’un appareil électrique. L’écart de prix entre les différentes classes d’efficacité énergétique peut atteindre plusieurs centaines d’euros par an.

Pourquoi un label énergie ?

Lors de l’achat d’un nouvel appareil électrique, il convient non seulement de tenir compte de son prix, mais également de sa consommation. Suite à l’augmentation constante des prix de l’énergie, l’efficacité énergétique des appareils électriques prend de plus en plus d’importance. À l’usage, un appareil plus cher possédant un meilleur label énergie se révélera probablement plus économique qu’un appareil meilleur marché affichant un score énergétique médiocre. Sans oublier qu’un appareil consommant peu d’énergie contribue à préserver l’environnement.

Quelles sont les informations figurant sur une étiquette énergétique ?

Les labels énergie et les classes d’efficacité énergétique sont utilisés de manière uniforme dans l’ensemble de l’Union européenne, ce qui permet de comparer efficacement les caractéristiques des appareils au sein d’une même catégorie (consommation énergétique, consommation d’eau…). Les données reprises sur le label sont basées sur des normes-tests prescrites dans la législation européenne.

La nouvelle étiquette comprend les indications suivantes :

  1. La marque et le type de l’appareil
  2. La consommation d’énergie annuelle exprimée en kWh
  3. L’échelle de classification de A à G
  4. Des flèches de couleur exprimant l’efficacité énergétique : de vert foncé (efficacité énergétique élevée) à rouge (efficacité énergétique faible)
  5. Des pictogrammes supplémentaires illustrant des caractéristiques spécifiques. Pour un réfrigérateur, il peut s’agir du volume et du niveau sonore. Pour un lave-linge ou un lave-vaisselle, l’étiquette mentionne notamment la consommation d’eau.
  6. Un code QR donnant accès à de plus amples informations sur le produit.
Label d'énergie

Quels sont les appareils concernés par la nouvelle classification ?

  • Les lave-linge et les lave-linge séchants ménagers (pas les sèche-linge !)
  • Les lave-vaisselle ménagers
  • Les appareils de réfrigération (réfrigérateurs, congélateurs et caves à vin)
  • Les téléviseurs et les écrans d’ordinateurs

Attention : dans un premier temps, aucun appareil ne sera répertorié dans la nouvelle classe A, afin de laisser une marge de manœuvre à l’innovation et au développement de nouveaux modèles plus économes en énergie. Aujourd’hui, les appareils les moins énergivores sont classés dans la catégorie B.

Outre les quatre groupes de produits dont il est question ci-dessus, des appareils supplémentaires seront dotés de la nouvelle classification dans le courant de cette année. Les étiquettes énergétiques des pneumatiques seront remaniées à partir du 1er mai 2021, tandis que les sources lumineuses, telles que les ampoules électriques, bénéficieront du nouveau label à partir du 1er septembre 2021.

Tous les autres appareils (sèche-linge, aspirateurs, fours, climatiseurs, etc.) conservent provisoirement la classification A+++ à G. Toutes les catégories de produits devront être dotées de la nouvelle étiquette énergétique au plus tard en 2030.

Fiabilité

Dans le souci d’améliorer la fiabilité des étiquettes énergétiques, le Parlement européen, le Conseil de l’Union européenne et la Commission européenne ont mis au point une nouvelle classification. Il existe désormais une base de données européenne sur l’étiquetage énergétique, intitulée EPREL (European Product Registry for Energy Labelling), dans laquelle les fabricants doivent enregistrer tous les produits soumis à l’étiquette énergie. Cet enregistrement doit avoir lieu avant même la mise sur le marché du produit.

Cette base de données permet aux consommateurs et aux pouvoirs publics d’avoir librement accès aux informations non classifiées, telles que la marque, la cible et la classe énergétique. Quant aux informations confidentielles telles que les rapports de tests, elles ne seront accessibles qu’aux autorités de surveillance du marché des États membres. La base de données est censée améliorer le contrôle et la conformité des produits.

Pour en savoir plus à propos des étiquettes énergétiques, rendez-vous sur le site du SPF Économie.

Également intéressant pour vous