Bâtiments quasi zéro énergie (Q-ZEN) : les tenants et aboutissants

Q-ZEN signifie « Quasi Zéro Énergie », un concept qui concerne toute personne ayant des projets de construction ou de rénovation (majeure). En vertu de l’article 9 de la seconde Directive PEB (2010/31/UE) du Parlement européen et du Conseil, tous les nouveaux bâtiments doivent être à consommation d’énergie quasi zéro (Q-ZEN) depuis le 1er janvier 2021. L’impact de cette réglementation sur les nouveaux bâtiments est énorme. Vous projetez de construire une nouvelle habitation ? Sachez que le Q-ZEN est désormais la norme standard.

Caractéristiques d’une habitation Q-ZEN

Par définition, les bâtiments Q-ZEN consomment très peu d’énergie pour le chauffage, la ventilation, le refroidissement et l’eau chaude sanitaire. Le peu d’énergie indispensable provient de sources d’énergie renouvelables.

Un bâtiment Q-ZEN répond aux exigences suivantes :

Niveau E : égal ou inférieur à E30

Le niveau E mesure, dans des conditions standard, les performances énergétiques de votre habitation (isolation thermique, étanchéité, compacité, orientation et ensoleillement) et des installations fixes (chauffage, distribution d’eau chaude, ventilation, climatisation et éclairage). Plus le niveau E est faible, moins votre habitation consomme d’énergie. Une habitation Q-ZEN enregistre un niveau E maximum de 30.

Niveau Ew (niveau de consommation d’énergie primaire) : égal ou inférieur à Ew45

Niveau Espec (niveau de consommation spécifique d’énergie primaire) : égal ou inférieur à Espec85 kWh/m2 par an

Niveau K (niveau global d’isolation) : égal ou inférieur à K35

Plus le niveau d’isolation de votre habitation est élevé, moins il y a de déperdition de chaleur via les murs, le sol et les fenêtres et plus le niveau K est bas. Pour une habitation Q-ZEN, il s’élève à 35 ou moins.

Coefficient de transmission thermique (Umax)

Un bâtiment Q-ZEN doit satisfaire à un certain nombre d’exigences Umax. La valeur U (exprimée en W/m²K) est le coefficient de transmission thermique d’une partie structurelle. Cette valeur indique la quantité de chaleur perdue par seconde et par mètre carré si la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur est de 1 °C.  Plus la valeur U d’une partie de votre construction est faible, moins cette partie perdra de chaleur. À l’heure actuelle, les exigences suivantes sont d’application :

  • Toitures et plafonds : Umax = 0,24 W/m2K
  • Murs extérieurs : Umax = 0,24 W/m2K
  • Sols : Umax = 0,24 W/m2K
  • Fenêtres : Umax = 1,50 W/m2K (moyenne de tous les châssis)
  • Vitrage : Umax = 1,10 W/m2K
  • Portes et portails : Umax = 2,00 W/m2K
  • Les besoins énergétiques nets en chauffage sont égaux ou inférieurs à 70 kWh/m2

Risque de surchauffe limité

L’indicateur de surchauffe, qui représente les apports de chaleur non utiles, doit être égal ou inférieur à 6 500 Kh (Kelvins heure).

Production d’énergie renouvelable

Aujourd’hui, une habitation Q-ZEN doit produire au minimum 15 kWh/m2 d’énergie renouvelable. Pour ce qui est des projets de construction postérieurs au 1er janvier 2023, cette exigence est portée à 25kWh/m2. Vous avez le choix entre les systèmes suivants (ou une combinaison de ces systèmes) :

Les avantages d’une habitation Q-ZEN

À terme, les investissements consentis pour des systèmes peu énergivores se révèlent largement rentables. Voici les principaux avantages d’une construction Q-ZEN :

  • Un meilleur confort d’habitation généré par une déperdition de chaleur moindre, une température constante et une diminution des courants d’air
  • Une facture énergétique très réduite
  • Dépendance minimale par rapport aux énergies fossiles
  • Votre habitation satisfait aux nouvelles normes et conserve sa valeur au-delà de 2021
  • Bénéfique pour l’environnement grâce à une réduction des émissions de CO2

En Région de Bruxelles-Capitale, les exigences en matière de constructions Q-ZEN sont provisoirement limitées

Bien que la norme Q-ZEN soit une norme imposée par l’Union européenne, les États sont autorisés à élaborer des plans nationaux visant à accroître le nombre de bâtiments dont la consommation d’énergie est quasi zéro. En Belgique, les exigences varient selon les Régions. Si la Région flamande et la Région de Bruxelles-Capitale pratiquent une approche similaire, les exigences en Région bruxelloise sont plutôt restreintes.

  • Le niveau de consommation d’énergie primaire doit être égal ou inférieur à 45 kWh/m².
  • Aujourd’hui, une habitation Q-ZEN doit produire au minimum 15 kWh/m2 d’énergie renouvelable.
  • Le risque de surchauffe doit être inférieur à 5 % du temps sur une année donnée
  • L’indicateur de surchauffe doit être égal ou inférieur à 6 500 Kh.

Habitation Q-ZEN contre maison neutre en énergie

Une maison neutre en énergie met la barre encore plus haut qu’une habitation Q-ZEN. En matière de maison neutre en énergie, le besoin de chauffage maximum est de 15 kWh/m2 et le niveau E est, dans certains cas, négatif. Quant au niveau K, il varie de K10 à K20. À l’instar de la maison passive, l’isolation d’une maison neutre en énergie est excellente, ce qui se ressent sur la facture d’énergie.  

Les performances d’une maison E0 sont supérieures à celles d’une habitation Q-ZEN dans tous les domaines. Dès lors, pourquoi les entreprises de construction privilégient-elles de plus en plus les habitations à consommation d’énergie quasi zéro ? La construction d’une maison passive ou neutre en énergie exige du temps et de l’argent. Le coût final dépasse parfois les capacités financières du propriétaire lambda. Dans ces conditions, une habitation Q-ZEN semble être le choix le plus pertinent, d’autant plus qu’avec un niveau E égal ou inférieur à 30, vous êtes tranquille pour un bon bout de temps.

Également intéressant pour vous