Privé

Les vélos en libre-service ont le vent en poupe

Les vélos en libre-service font désormais partie intégrante du paysage urbain. De Blue-bike à Swapfiets, en passant par Mobit, Velo et Villo, leur succès croît d’année en année. Billy Bike, la plateforme bruxelloise de vélos électriques partagés, vient de mettre fin à sa phase de test. L’an dernier, plus de 11 000 personnes s’étaient déjà inscrites sur une liste d’attente ! Un engouement parfaitement justifié compte tenu des nombreux avantages du système.

Le principe d’utilisation du vélo en libre-service est simple : il permet d’effectuer des déplacements de proximité, principalement en milieu urbain (se rendre à une réunion, faire le trajet domicile-gare et retour, etc.). Que diriez-vous de faire un essai ?

Choisissez la plateforme qui convient le mieux à vos besoins

De nombreuses plateformes mettent à disposition des vélos en libre-service. L’intérêt de l’une par rapport à l’autre dépend de votre localisation et de votre fréquence d’utilisation. Certaines plateformes proposent des vélos parqués dans des stations fixes, tandis que d’autres, à l’instar de Mobit, fonctionnent selon le principe du « free floating », c’est-à-dire sans stations, ni bornes d’attache. Voici un aperçu des différentes plateformes disponibles :

Mobit : Malines, Courtrai, Hasselt, Genk, Alost, Anvers, …

Velo : Anvers

Blue-bike : il s’agit du service le plus répandu en Belgique. Pour connaître l’emplacement d’une station, suivez ce lien.

Swapfiets : Anvers, Bruxelles, Gand et Louvain

Cloudbike : Anvers

Villo! : Bruxelles

Billy Bike : Bruxelles, Etterbeek, Ixelles et Saint-Gilles

Li Bia Vélo : Namur

oBike: Bruxelles

Vous avez trouvé la plateforme idoine ? Inscrivez-vous !

Avant de pouvoir utiliser un vélo partagé, vous devez vous enregistrer. Rien de plus facile, la plupart des plateformes ayant des exigences plutôt limitées. Les modalités d’inscription figurent sur le site de la plateforme de votre choix. Généralement, il existe également une application pour smartphone.

Photo

Combien coûte, en moyenne, un vélo partagé ?

Certaines plateformes telles que Swapfiets, Velo ou Villo! proposent un abonnement mensuel ou annuel, les déplacements inférieurs à une heure étant gratuits. Un abonnement annuel coûte entre 35 et 50 euros.

D’autres plateformes, telles que Mobit, Trapido ou Cloudbike n’appliquent pas de redevance fixe : vous payez un petit montant à chaque location, proportionnellement à la durée d’utilisation. Ce montant varie de 0,90 à 2 euros par demi-heure. Quant aux utilisateurs occasionnels, ils ne sont pas oubliés pour autant. Certaines plateformes, telles que Villo!, Velo et Mobit, proposent également des pass journaliers ou hebdomadaires.

Combien coûte, en moyenne, un vélo partagé

Vous effectuez des déplacements plus importants ? Roulez électrique !

Pour les déplacements plus longs, il existe également des vélos électriques partagés. À cet égard, le succès de la start-up Billy Bike est impressionnant. En à peine une demi-année, plus de 15 000 trajets ont été effectués avec les vélos électriques de la plateforme bruxelloise. Trouvez le vélo le plus proche et réservez-le avec l’application. Le prix est calculé par minute. Si vous utilisez fréquemment un vélo électrique, optez pour un pack forfaitaire qui permet de diminuer le prix par minute.

Trottinettes partagées

Après les vélos, place aux trottinettes électriques. En Belgique, la plateforme Troty’s propose ses services notamment à Bruxelles, Anvers, Bruges, Namur, Liège et Gand (liste non exhaustive). Quant à l’entreprise américaine Bird, elle a débarqué à Bruxelles en septembre 2018. Pour les moins sportifs, il existe les scooters électriques partagés Scooty, disponibles actuellement à Bruxelles et Anvers.

Les vélos partagés présentent un grand nombre d’avantages

  • Ils stimulent la condition physique tout en respectant l’environnement.
  • Ils sont disponibles 24/7. Pour réserver, retirer et redéposer un vélo partagé, il suffit, dans la plupart des cas, de télécharger une appli sur votre smartphone.
  • Les prix sont très étudiés. Diverses formules sont proposées : par minute, par demi-heure, pass journalier ou hebdomadaire, abonnement annuel.
  • Les vélos partagés conviennent parfaitement aux déplacements de proximité (par exemple, pour découvrir une ville) : pas besoin d’embarquer un vélo pliable dans votre voiture ou d’emmener votre bécane dans le train.
  • Les vélos partagés sont fréquemment révisés, ce qui est un gage de bon fonctionnement (notamment en matière d’éclairage et de freins).
  • L’offre augmente chaque jour, ce qui signifie qu’un grand nombre de vélos partagés sont disponibles en milieu urbain.
  • Dans les grandes villes, vous vous déplacez souvent plus rapidement en vélo qu’en transports en commun.
  • Plusieurs plateformes pratiquent le « free floating », c’est-à-dire un système sans bornes, ni stations fixes. Le principe d’utilisation est simple : à l’aide d’une application, vous géolocalisez un vélo et, arrivé(e) à destination, vous le déposez dans une zone dédiée. Grâce à la géolocalisation, il est à nouveau disponible pour un autre utilisateur.


Vers www.luminus.be